Navigation article

Santé

Des campagnes pour sensibiliser les jeunes au don d’organes

Pour la troisième année consécutive, l'Agence de la biomédecine fait campagne auprès des jeunes pour les informer sur le don d'organes.

« Il n'y a pas de mort stupide. » Ou du moins, pas de mort inutile. En s'inspirant d'un site sarcastique, les Darwin Awards, qui recense depuis 1993 les morts les plus stupides, l'Agence de la biomédecine poursuit sa sensibilisation au don d'organes auprès des jeunes. Depuis trois ans, l'agence nationale, sous la tutelle du ministère de la Santé, fait des 16-25 ans la cible privilégiée de ses clips, partant du constat que les jeunes ne sont pas assez informés sur la question.

Après un clip diffusé sur Youtube en 2015, tourné à la manière des films hollywoodiens, après celui de 2016, qui reprenait les codes des films d'horreur, la campagne 2017 de l'Agence de la biomédecine poursuit sur sa lancée. Ici, pas de fims, mais une cérémonie directement inspirée des Oscars, qui récompense la mort la plus stupide : mourir écrasé par l'ours qu'on venait d'abattre, ou tué par la grenade qu'on avait lancée à la mer et que notre chien trop bien dressé nous a rapportée. Avec un slogan final : « Il n'y a pas de mort stupide ». Une réalité si l'on se fie aux chiffres donnés par l'Agence : un donneur d'organes sauve en moyenne trois vies. La campagne a ensuite été relayée sur les réseaux sociaux.

Le don d'organes est en effet loin d'être encore inscrit dans les mœurs. Toute personne décédée est un donneur présumé à moins qu'il ne soit inscrit au Registre national des refus ou qu'il n'ait exprimé son refus à ses proches - un principe qui prévaut depuis 1976. Chaque année, plus de 20 000 personnes sont en attente de greffes d'organes. Faute d'en avoir discuté avec leur proche avant sa mort, les familles refusent le don dans plus d'un tiers des cas.

 

Pour en savoir plus :https://www.dondorganes.fr/

Vos réactions

Dans la même rubrique

Santé

Bien-être

Santé

Protection sociale

Société

Seniors

Environnement

Coup de cœur de la rédaction