Navigation article

Médicaments

Mediator : comment se faire indemniser ?

Environ 5 millions de personnes ont pris du Mediator en France, 500 à 2 500 en sont mortes, d’autres sont atteintes de dysfonctionnements cardiaques, d’hypertension artérielle, etc.

Trois solutions pour se faire indemniser

- Le fonds d’indemnisation mis en place par l’Etat. La demande doit être faite auprès de l’Office national d’indemnisation des accidents médicaux (Oniam). La procédure est gratuite, elle ne requiert pas d’avocat, et il n’y a pas de frais d’expertise médicale. C’est le laboratoire Servier qui devra régler l’indemnisation établie par l’Oniam. Pour le Collectif interassociatif sur la santé (Ciss) et l’Afd (Association française des diabétiques), cette voie est celle qui devrait garantir l’indemnisation la plus juste, la plus rapide et la plus indépendante.

- L’action en justice. Toutes les personnes qui le souhaitent, et ­notamment les victimes dont les ­séquelles sont les plus lourdes, peuvent intenter une action en justice. Dans ce cas, le recours à un avocat est obligatoire. Il faut avoir les nerfs solides et disposer de ressources financières, car ce genre de ­procédure est long.

- La transaction avec Servier. Toute négociation sera dure, car le laboratoire, qui rechigne à payer, a imposé des critères restrictifs : il ne prendra en compte que les victimes ayant pris du Mediator après le 5 janvier 2001 et ne s’intéressera qu’aux préjudices les moins graves, en dessous de 24 % d’incapacité physique. Il n’indemnisera pas non plus les patients qui, à la suite des effets délétères du médicament, ont perdu leur emploi et leur salaire.

Vos commentaires

C'est vraiment n'importe quoi prenez conseil négocier avec Servier de + il n'y a pas que AFD pour mettre en place des dossiers et de plus le CISS ne monte pas de dossier vraiment vous envoyez les vicitmes dans le mur

Bonjour, je n'ai pas dit que le Ciss et l'AFD montait des dossiers et bien préciser qu'il fallait saisir l'Oniam, pour le fonds d'indemnisation mis en place par l'Etat. Quant à la négociation avec Servier pour les victimes qui préfèrent passer par cette voie, j'ai bien spécifié qu'elle serait "dure" et pourquoi.

Dans la même rubrique

Santé

Bien-être

Santé

Protection sociale

Société

Seniors

Environnement

Coup de cœur de la rédaction