Navigation article

Zemmour
Famille

Allocations familiales : « Plafonner sans redistribuer aux étudiants est une erreur majeure. »

Interview d'Emmanuel Zemmour, président de l'Union nationale des étudiants de France (Unef), concernant la réforme de la politique familiale. 

Que pensez-vous de la mesure annoncée par le gouvernement ?

Elle est motivée par une stricte économie budgétaire. L'objectif de la demi-part fiscale, celle versée pour un enfant de plus de 18 ans, c'est d'aider les familles à subvenir aux besoins de leurs enfants, et notamment les étudiants. Or, avec le plafonnement du quotient familial, 500 millions d'euros du budget des aides consacrées aux étudiants sont, en pratique, supprimés par le gouvernement, sans qu'ils leur soient restitués par ailleurs. En effet, 200 millions, liés à la demi-part fiscale, avaient déjà été perdus au mois d'octobre 2012 du fait d'une première réduction du quotient familial. Avec le milliard d'euros économisé grâce au nouveau seuil à 1 500 euros, c'est environ 300 millions d'euros liés à la demi-part fiscale qui vont être supprimés.

Avec cette mesure, le gouvernement préfère tronquer le budget consacré aux étudiants plutôt que de leur allouer les sommes dégagées où elles sont indispensables, notamment pour aider les étudiants les plus pauvres.

Que préconiseriez-vous ?

Réaffecter l'argent économisé par la réduction du quotient familial au budget des bourses. 20 % des étudiants perçoivent une bourse, mais un étudiant boursier, aujourd'hui, ne touche que 200 euros par mois. Plafonner sans redistribuer aux étudiants est une erreur majeure.

François Hollande s'est engagé à créer une allocation d'études et de formation qui n'a toujours pas été mise en place. Elle devait être financée par les aides fiscales, celles-là mêmes qui sont supprimées. Dans ces conditions, il est impossible de financer l'allocation d'autonomie pour la jeunesse1 que nous demandons.

1) L'allocation d'autonomie est une revendication majeure de l'UNEF. Le syndicat étudiant réclame une aide universelle et individualisée, qui ne tiendrait compte que de la situation de l'étudiant dans le calcul du montant.

Vos réactions

Dans la même rubrique

Société

Bien-être

Santé

Protection sociale

Société

Seniors

Environnement

Coup de cœur de la rédaction